40 ans est un cap pour s’écouter et se remettre en question. Il est vrai que nous avons tendance à reproduire ce que nos parents nous ont appris, ce que nous avons vu, entendu. Cela influence énormément notre vie de jeune adulte.

Faire des études, trouver un travail, avoir une famille-la maison-le chien-le chat.

Le jeune adulte, que nous sommes, a besoin d’un cadre que nous reproduirons avec nos enfants.

Et puis un jour, pour moi cela aura mis du temps, tout évolue et il faut se poser la question, ai-je toujours voulu ça ou l’ai-je juste reproduit car je n’ai connu que ça ?

Bon cela fait un peu crise d’adolescence à retardement, alors comment passer par là alors que le travail, les enfants, la maison, le monde, l’environnement nous poussent vers le cocooning ou le changement.

Le passage à cette nouvelle dizaine me fait l’effet d’une bombe. Le changement me fait peur et m’attire aussi, je ne suis pas prête à changer de vie professionnelle même si la routine et surtout l’absence d’évolution me gavent un peu alors que j’aime mon travail, le contact client, le stress quasi-permanent.

Par contre, l’envie d’être soi est devenue une chose vitale. On nous demande en permanence de nous adapter aux autres, donc d’être un peu moins soi, mais justement où est notre spontanéité ?

Alors j’ai décidé de revoir ma copie pour moi pour me faire du bien et profiter de l’instant, une vie plus saine et moins polluée par les relations et échanges qui nous empoissonnent.

Chaque personne est faite de 1 001 choses donc pourquoi choisir ?

 

 

A bientôt

 

Ciralyn

2 réponses

  1. Je comprends totalement ton point de vue ! Je suis en plein dans cette transformation et c’est très enrichissant ! J’ai 30 ans et je suis contente que ce changement survienne maintenant, en devenant maman. Mais chacun son rythme. L’essentiel est que ça arrive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *